top of page

Plasticien et verrier 

Au service de son interprétation plastique du temps, de la lumière, de la transformation, ou de l’apaisement des tensions, le travail de Jean-François Lemaire, depuis des décennies, explore les capacités expressives du verre et du cristal. Venu des univers du métal et de la céramique, l’artiste exploite les textures minérales et rugueuses du matériau verrier, ainsi que ses univers graphiques, transparents et polis. 

 

Après de longues recherches sur les capacités du verre à inclure et conserver, comme l’ambre, des matières végétales ou minérales, en travaillant les couleurs, en repoussant les limites de son matériau (là où il n’est presque plus du verre), et après avoir réalisé de grands formats et des assemblages, l’artiste s’est concentré sur les traversées vers la lumière et sur la captation poétique du temps, en un geste qui relie entre eux le ciel et la terre, l’humain et le cosmos.

Dans ses travaux les plus récents, il développe une série d’œuvres sculpturales et parfois monumentales, où il met en œuvre son ample vocabulaire esthétique pour créer des demeures pour l’ombre et la clarté, la mémoire, le mystère et le mouvement.

DCAL 1 (3).jpg

"Du chaos à la lumière" (From Chaos to Light)

 

La série Du chaos à la Lumière prend source dans la démarche originelle de Jean-François Lemaire, une quête initiatique et opiniâtre de l’humain et de son devenir, à la recherche de l’unité de l’être. Lors de la création de ces colonnes de verre, l’artiste affirme sa volonté de transformer le corporel en énergie libre et accomplie, par la gémellité qu’il installe avec son matériau, au cœur du four-alambic. ​

Exprimant une sérénité durement acquise, ces œuvres sobres et verticales sont autant de gestes qui témoignent de nos résiliences et de nos croissances, après que l’existence, le temps et le cosmos nous ont bousculés et percés de toutes parts. Elles parlent des longs chemins qui mènent du chaos des éléments morcelés à la complétude lumineuse des corps. Ici, le verre poli devient miroir autant que fenêtre sur des mondes intérieurs en mouvement vers le haut, vers la lumière et la sérénité.

DCAL 1 (4).jpg

The Du chaos à la Lumière series is rooted in Jean-François Lemaire's original approach, a stubborn, initiatory quest for the human being and his future, in search of the unity of being. In creating these glass columns, the artist affirms his desire to transform the corporeal into free, accomplished energy, through the twinship he establishes with his material, at the heart of the alambic kiln.

 

Expressing a hard-won serenity, these sober, vertical works are gestures that bear witness to our resilience and growth, after existence, time and the cosmos have jostled and pierced us from all sides. They speak of the long paths that lead from the chaos of fragmented elements to the luminous wholeness of bodies. Here, polished glass becomes both a mirror and a window onto inner worlds moving upwards, towards light and serenity.

"Empreintes de Temps" (Imprints of Time)

 

Avec les Empreintes de Temps, le créateur ouvre une fenêtre, un oculus de verre optique pour que nous tentions un regard sur l’impalpable de la temporalité saisie dans son intimité profonde. Le temps n’y est pas un miroir où nous ne verrions que nous-mêmes. Chaque Empreinte de temps nous montre une composition de pures alvéoles, réunies mais singulières, porteuses, pour chacune, d’un univers qui fait brèche vers le par-delà, l’autre côté, le désir du futur, les traces biologiques et minérales du passé et le présent du regardant.

​Dans ces sculptures, l’idée de l’arbre, récurrente chez Jean-François Lemaire, prend son essor, avec celle du temps, qui serait comme un arbre de verre dont on pourrait observer l’âge et les mystères. Temps et lumière sont ainsi associés dans ce bûcheronnage cosmique, révélant, sous la gangue d’écorce vitrifiée, un projet poétique, une fenêtre aux compartiments perlés de bulles ou tapissés de mousses, au croisement de l’organique et du minéral. Trouver ces éléments dans une œuvre de verre crée un pont inédit entre le temps et les infimes et nécessaires clés du vivant.

With Empreintes de Temps, the creator opens a window, an oculus of optical glass, so that we can take a look at the impalpable of temporality captured in its deepest intimacy. Time is not a mirror in which we see only ourselves. Each Empreinte de temps shows us a composition of pure cells, united but singular, each carrying a universe that breaches towards the beyond, the other side, the desire for the future, the biological and mineral traces of the past and the present of the viewer.   

In these sculptures, the idea of the tree, recurrent in Jean-François Lemaire's work, takes off, along with that of time, which would be like a glass tree whose age and mysteries could be observed. Time and light are thus associated in this cosmic lumbering, revealing, beneath the gangue of vitrified bark, a poetic project, a window with compartments beaded with bubbles or lined with mosses, at the crossroads of the organic and the mineral. Finding these elements in a work of glass creates an unprecedented bridge between time and the tiny but necessary keys to life. 

200318 095602 VF.jpg
200318 100125 VF.jpg
200318 091016 VF web.jpg
LA VAGUE 231212 091117 VO-min ++ WEB.jpg

"L’Écume du Temps"(The Foam of Time)

 

​En relation avec les séries Du Chaos à la Lumière et Empreintes de Temps, la série L’Écume du Temps s'inscrit elle aussi dans une démarche éprouvée, croisant créativité technique et recherches plastiques. Comme pour les Empreintes de Temps, elle développe un vocabulaire plastique utilisant des textures « végétales » et « minérales ». Ces orientations permettent de rapporter ces sculptures de cristal à la matière organique et au sable dont elles sont issues et d'entrechoquer ainsi deux arcs chronologiques : le temps de la planète et celui de l’artiste.

La réflexion sur la durée ou un temps « originel » fait place dans ces œuvres à la capture de leur écume, de ce qui est plus petit, des éléments filandreux et grenus que le Temps ne garde pas avec lui dans sa pureté. Mais cette "impureté", cette Écume du Temps, est cependant la richesse qui émerge désormais à l'extérieur de ces sculptures, les rendent plus accessibles, plus naïves peut-être, toutes entières tendues vers la joie du mouvement.

230228 134753 VI.jpg
230228 142513 VI.jpg

Related to the series Du Chaos à la Lumière and Empreintes de Temps, L'Écume du Temps is also part of a well-established approach, combining technical creativity and plastic research. As with Empreintes de Temps, it develops a plastic vocabulary using "vegetable" and "mineral" textures. This approach links these crystal sculptures to the organic matter and sand from which they are derived, and thus clashes two chronological arcs: the time of the planet and that of the artist.

Reflection on duration or an "original" time gives way in these works to the capture of their foam, of what is smaller, of the stringy, grainy elements that Time does not keep with him in its purity. But this "impurity", this Foam of Time, is nonetheless the richness that now emerges on the outside of these sculptures, making them more accessible, more naïve perhaps, all stretched towards the joy of movement.

bottom of page